Le compte épargne logement

CELFinancer ses projets immobiliers par la possession d’un compte épargne, c’est désormais chose possible avec le Compte Épargne Logement ou Cel. Proposé par tous les établissements bancaires, le Cel est le petit frère du Pel ou Plan Épargne Logement. Il s’agit d’un compte épargne donnant la possibilité à son propriétaire de prétendre à un prêt épargne logement à un taux préférentiel au bout de 18 mois. Un survol du CEL : fonctionnement, caractéristiques, et intérêts.

Définition et fonctionnement du CEL

Créé le 1er janvier 1975, le Compte Epargne Logement ou Cel est un produit d’épargne règlementé dont le fonctionnement est assez spécifique, car il permet d’obtenir un prêt épargne logement à un taux intéressant au bout d’une phase d’épargne obligatoire. Celle-ci est égale à 18 mois. Le taux d’emprunt est calculé en fonction des sommes placées. Le Cel est destiné à tout particulier, qu’il soit mineur ou non, résidant en France désirant épargner pour financer plus tard un projet immobilier comme l’acquisition, la rénovation, la construction ou encore l’extension de sa résidence principale. Toute personne physique peut ouvrir un Compte Epargne Logement. Toutefois, elle ne peut en ouvrir plus d’un. Le montant maximum pouvant être épargné dans ce type de compte épargne est de 15 300€. Un montant minimum en dépôt est requis, soit 300€. Chaque versement ou retrait doit être supérieur ou égal à 75€. A tout moment, le titulaire d’un Cel peut accéder à son compte. Il est libre de faire un versement ou un retrait à condition de garder toujours dans son compte le solde minimum de 300€. Les conditions requises pour ouvrir un Cel se résument au profil du souscripteur. Ce dernier doit être une personne physique habitant en France. S’il possède déjà un Pel, il doit ouvrir son Cel au sein du même établissement.

Intérêt et prime du Compte Epargne Logement

Le Compte Épargne Logement se rémunère grâce à un taux d’intérêt fixé en fonction de celui du Livret A. Il est égal au 2/3 de celui-ci, arrondi au quart de point. Ainsi, depuis 2011, le taux du Cel est égal à 1,5 %. Ce taux peut être revu à la hausse ou à la baisse. Jusqu’en 2008, il était révisable chaque semestre. Aujourd’hui, le gouvernement est plus libre dans la révision du taux du Cel. En général, celle-ci s’effectue entre le mois de février et de mai de chaque année. Les intérêts sont calculés par quinzaine et sont capitalisés à la fin de l’année. En dehors des intérêts générés, le Cel ouvre également droit à une prime versée par l’État. En cas de demande de prêt pour financer un projet de logement, l’État verse sur le Compte Épargne Logement une prime qui est fonction de l’effort d’épargne. Celle-ci monte à 0,75 % et est plafonnée à 1 144 €. Ces deux intérêts générés par le Cel sont exonérés d’impôts. Toutefois, ils sont soumis aux prélèvements sociaux. Ceux-ci sont équivalents à 15,5 % depuis le 1er juillet 2012. Le plus grand intérêt d’avoir un Cel est la possibilité d’obtenir un prêt épargne logement au taux préférentiel. Cependant, certaines conditions doivent être respectées pour y prétendre à savoir l’activité du compte pendant au moins 18 mois.