Comment réussir son investissement en EPHAD ?

investir en EPHADComme tous les types d’investissements, placer son argent dans un EPHAD exige une connaissance de base avant de se lancer. Cela passe par la connaissance des avantages que ce type d’établissement peut offrir, la connaissance du vendeur ainsi que les différentes formalités qui touchent la procédure d’investissement.

Les avantages offerts par un investissement en EPHAD

Pour un investisseur, placer son argent dans un EPHAD, ou établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes, a de multiples avantages. En effet, c’est une garantie de rémunération stable et assurée. Cela, parce que les EPHAD engendrent des revenus issus de la location des chambres et permettent également d’établir un contrat de bail avec un gestionnaire. En d’autres termes, la possession d’un EPHAD permet de gagner des revenus locatifs qui ont la possibilité d’être revalorisés chaque année.

Un autre avantage c’est le bénéfice fiscal qu’il octroie. Un propriétaire d’EPHAD jouit d’une réduction d’impôt grâce à la loi Censi Bouvard, mais aussi, avec le système d’EPHAD, un amortissement qui lui permet de défiscaliser certains revenus locatifs.

Par ailleurs, actuellement en France, ce genre de résidence médicalisée a un taux de remplissage qui est supérieur à 90 %. Il dispose également d’un tarif de location par m² assez élevé étant donné le caractère privé et médicalisé de la résidence. Aujourd’hui, un EPHAD peut ainsi, rapporter jusqu’à 5.5 % de rendement annuel.

Les procédures à suivre

Dans la procédure à suivre pour un investissement en EPHAD, il est essentiel de bien choisir le vendeur. Généralement, pour l’achat en EPHAD, le vendeur doit donner un choix de 3 chambres à l’investisseur, si ce dernier ne veut qu’en acheter une. Le vendeur ne doit pas exiger une rémunération en sus. Son honoraire sera mentionné dans le prix de vente.

Pour ce qui est du statut du vendeur, il est essentiel que ce soit un gestionnaire de patrimoine attitré et disposant d’une carte de transaction dans le domaine de l’immobilier. Après avoir choisi l’objet de l’investissement, le vendeur devra présenter le contrat de réservation, accompagné d’une paperasse sur la fiscalité ainsi que le bail commercial. Il est conseillé dans ce cas, de bien lire le contrat de bail commercial avant de procéder à la signature, et cela, en présence du gestionnaire de patrimoine.

Dans ce contrat, le prix d’achat doit être bien visible. Il comprend quelques détails sur l’immobilier et les meubles. Le vendeur doit également mentionner dans ce contrat, le montant de la TVA ainsi que les frais de notaire. S’il existe des frais de financement, ils doivent également paraître dans le contrat comme la caution relative à un crédit logement. Le prix locatif du bien sera logiquement mis en exergue avant de signer et d’avoir un contre signature qui sera fait par le vendeur et le gestionnaire des lieux.