Investissement locatif et Loi Scellier

Malgré la crise que rencontre en ce moment le secteur de l’immobilier français, la pierre demeure toujours une valeur refuge sûre, notamment pour toutes les personnes voulant faire de l’investissement locatif. Laissez-vous guider !

Fonctionnement de l’investissement locatif et de la Loi Scellier

Crise financière européenne oblige, l’immobilier français est continuellement en baisse depuis le dernier trimestre de 2011. Une tendance qui va encore se prolonger cette année et se poursuivra sans doute en 2013. La conjoncture est donc plus que propice à l’achat de bien immobilier, plus particulièrement si l’on pense rentabiliser par l’intermédiaire d’un investissement locatif. Qui plus est, les taux de crédit ne cessent de baisser dans les établissements financiers comme les banques, rendant ainsi l’accès à la propriété ouverte à tous les Français. Dans ce cas-là alors, c’est le loyer perçu de l’investissement locatif qui servira à payer les crédits contracté par le bailleur. Mais faire un investissement locatif, c’est aussi s’octroyer des revenus supplémentaires pour arrondir ses fins de mois difficiles, ou encore pour se procurer un complément d’épargne au Livret A, où à l’assurance vie. Sans oublier que certaines formules d’investissement locatif telles le dispositif lmp (loueur en meublé professionnel) ou lmnp (loueur meublé non professionnel) bénéficient d’allègements fiscaux, entraînant ainsi une réduction très appréciée des impôts sur le revenu, dont notamment la loi Scellier. Pour rappel, en remplacement en 2009 de la loi « Borloo neuf » et le « Robien recentré », la loi Scellier est un dispositif de défiscalisation entièrement dédié à l’investissement locatif. Celle-ci est malheureusement abrogée depuis début 2012.

Comment bien choisir son investissement locatif ?

Pour que l’investissement locatif soit une réussite et donc profitable pour le ou les propriétaires, il convient de bien choisir le type de biens immobiliers dans lequel il faut investir. Il n’y a pas vraiment de règles prédéfinies sur le choix de l’investissement locatif, mais quelques critères de base essentiels seront cependant à prendre en compte. La première chose à considérer est la localisation du bien immobilier à louer, avant de s’emballer pour une maison ou un appartement en particulier. Il est clair qu’une habitation située dans les quartiers et les communes urbaines très habitées attirera plus l’attention que celle se trouvant dans les régions rurales. L’Ile de France, la Provence-Alpes-Côte d’Azur, ainsi que le Rhône-Alpes restent les régions françaises, on l’on rencontre les plus grandes demandes de locations. Mais vous devez également vérifier si l’investissement locatif se situe dans une zone névralgique à proximité d’activités commerciales, des stations de transports, de lieux de distractions ou encore d’infrastructure de santé et scolaire. Quel est le type de bien immobilier qui s’accordera le plus à un investissement immobilier ? Faut-il investir dans le neuf ou dans l’ancien ? Une fois de plus, il n’y a pas de règles de conduite à suivre. Il est par contre important d’identifier les tendances locatives d’une région définie. Dans les villes universitaires et commerciales par exemple, ce seront les studios et les appartements qui rencontrent le plus de succès, alors que ce sont plutôt les maisons qui sont sollicitées dans les grandes villes de province.